Essai de la Kawasaki W800 – authentique et sympathique

Essai Kawasaki W800 – authentique et sympathique

essai, moto, kawasaki, w800, w, 800, w1, magazine, magazinemoto, bsa, norton, triumph, retro

La Kawasaki W800 crée tout un intérêt sur son passage. Dès les premiers coins de rues de mon essai routier, je me suis faite interpeller à plusieurs reprises par des mordus ou des nostalgiques, que ce soit à une intersection ou encore à la station d’essence peu importe l’endroit, les gens voulaient savoir. Les questions qui m’ont été les plus fréquentes posées : « C’est quoi ça ? Une Bonneville ? Une BSA ?  Quelle année ta moto ?…. sans oublier le fameux : « C’est dont bien beau !!! » 

essai, moto, kawasaki, w800, w, 800, w1, magazine, magazinemoto, bsa, norton, triumph, retro

C’est la première fois que j’ai un essai routier qui me demande de faire un retour dans le temps, un retour sur l’histoire de l’évolution de la moto. Des années emblématiques de la période florissante d’une génération avide de sensations, de vitesse et de liberté. La période d’après-guerre a fait naître des virages industriels et Kawasaki a su se positionner dans le domaine en prenant le virage de constructeur de moteur d’avion vers le constructeur de moto que l’on connait mondialement aujourd’hui.

essai, moto, kawasaki, w800, w, 800, w1, magazine, magazinemoto, bsa, norton, triumph, retro

Je ne suis pas une mordue de la mécanique à proprement dit. Mais j’aime bien essayer de comprendre la mécanique pour mieux comprendre et apprécier le pilotage. C’est pour cette raison que j’ai posé des questions pour tenter de comprendre ce qui rend cette moto emblématique.

Une partie de la réponse se trouve dans la description que Kawasaki en fait :

« L’arbre à cames à entraînement par engrenage conique est emblématique dans le milieu et a été choisi pour mettre en valeur la beauté du gros bicylindre parallèle et demeure une caractéristique marquante sur les W800 d’aujourd’hui. La configuration de son vilebrequin à 360 degrés donne au W800 une âme historique authentique… »

essai, moto, kawasaki, w800, w, 800, w1, magazine, magazinemoto, bsa, norton, triumph, retro

En marge d’une certaine nostalgie, il n’y a pas de justification pour Kawasaki de conserver des bases de mécanique de l’époque. Cette nostalgie est très perceptible auprès des motocyclistes qui ont connu cette époque et son évolution mécanique. Le vilebrequin à 360 degrés donne une personnalité au moteur de la W800. Mais l’époque, on parle du milieu des années soixante, a vu naître les premiers bicylindres qui ont détrôné les monocylindres. Les cylindrées ont évolué de 450 cc à 650 cc. On a aussi  pu passer de deux soupapes par cylindres à quatre soupapes, ce qui comme on le sait améliore grandement l’atomisation du mélange air/essence et permet de meilleures performances du moteur. Le fait de passer d’un engrenage à 90 degrés à un engrenage conique pour assouplir la livrée de puissance du moteur… et j’en passe. Toute l’évolution mécanique des années soixante et début des années soixante-dix a été très riche en innovations et les constructeurs japonais ont su se démarquer des constructeurs anglais qui dominaient à l’époque. Presque 55 ans plus tard, je me surprends à poser des questions et m’intéresser à ce point à la mécanique de cette période. Faut dire que les gens qui m’en ont parlé avaient presque un filet à la bouche de passion et de nostalgie de me parler de cette période charnière du monde de la moto. Autant pour l’évolution mécanique que pour la naissance de l’esprit motard.

Métamorphose ta moto avec l'ensemble graphique Kutvek Amerika

essai, moto, kawasaki, w800, w, 800, w1, magazine, magazinemoto, bsa, norton, triumph, retro

Je n’ai pas eu la chance de conduire ces motos d’époque. Alors  j’ai cherché pourquoi je ressentais moi aussi cette nostalgie…? C’est très simple, cette période a bercé mon enfance et elle est à la base même de ma passion pour la moto et de mon mode de vie d’aujourd’hui. Lors de mon essai routier j’ai senti tout ce baguage historique et d’anecdotes que les gens m’ont partagées. À commencer par mon père qui me parla de sa première moto dans les années soixante. Une BSA et à quel point ça lui ressemblait. Ma mère m’a fait remarquer comment  mon père semblait avoir rajeuni de 50 ans juste à la vue de la W800 et les souvenirs que ça lui rappelait.  Effectivement, Kawasaki a su conserver avec minutie le souci du détail esthétique et mécanique de l’emblème d’origine de la série W.

Évolution

La W800 de 2020 est la troisième édition de la lignée qui inclut la W800 Café et Street. La suspension est étonnamment confortable, et relativement performante. La moto absorbe très bien les inégalités de la route et je crois que la suspension arrière avec ses deux amortisseurs, à précontrainte ajustable, contribue grandement à ce confort. Elle emprunte la grande roue avant de 19 pouces de son aïeule la W1 et possède de magnifiques roues à rayons.  Elle conserve son frein à disque avant avec double pistons des précédentes versions. Kawasaki a actualisé le système de frein arrière avec un disque à simple piston et qui dans la version 2011-2016 offrait encore un frein à tambour pour le frein arrière.

essai, moto, kawasaki, w800, w, 800, w1, magazine, magazinemoto, bsa, norton, triumph, retro

Lors de la conduite, une légère vibration me préoccupait, surtout au niveau du guidon et se manifestait de façon plus accentuée dans les courbes. Cela me surprenait vraiment vu la qualité de finition et du souci du détail que Kawasaki a donné à la W800.  Avait-on sacrifié quelque chose ?… Peut-être pas !!! Pour conserver un côté vintage et avoir la sensation de conduite de l’époque, le fabricant a peut-être fait le choix de pneus conventionnel à tube au lieu du pneu radial que l’on a la majorité du temps sur nos motos d’aujourd’hui. C’est entre autre ma KLR qui m’y a fait penser en discutant avec mon conjoint. C’est fou comment les pneumatiques peuvent influencer la conduite d’une moto et devenir parfois une limitation.

Street Glide vs Road Glide : Quelle Harley-Davidson choisir ?

Sur la route

C’est une moto tout à fait agréable à conduire. Sa selle vintage est très confortable… la première heure, après c’est une autre histoire. Je sentais le besoin de déplier mes jambes et soulager mon fessier. C’est une très bonne moto urbaine. Le fait de ne pas avoir de déflecteur se fait moins sentir sur les courts trajets. Son réservoir de 15 litres est tout à fait suffisant. Les rétroviseurs sont à toutes fins pratiques… presque inutilisables. Pas moyen de les ajuster assez large, surtout si vous avez un bon gabarit d’épaules. De plus si on a le soleil par-dessus notre épaule, les cadrans deviennent éblouissants. Ayant un moteur avec un centre de gravité bas et très bien balancé, on a une impression de légèreté malgré ses 225 kg. La W800 possède une béquille centrale très facile à utiliser. Par contre il faut être contorsionniste pour atteindre et déployer la béquille latérale.

essai, moto, kawasaki, w800, w, 800, w1, magazine, magazinemoto, bsa, norton, triumph, retro

Dès que je me suis mise au guidon de la W800, j’ai eu la sensation que cette moto serait parfaite pour un nouveau conducteur et même conductrice. Enfin une moto qui fera autant plaisir à la nouvelle génération qui recherche le style rétro et café racer que la conductrice de petit gabarit qui cherche une bonne cylindrée. Avec son moteur bicylindre en ligne vertical de 773 centimètres cubes à 4 temps refroidit à l’air, elle a du cœur au ventre et sait bien se faire sentir. Elle a de très belles qualités cette W800.  Un gros point positif, c’est le son !!! Tout de suite au démarrage du moteur et toujours du premier coup, le moteur se met immédiatement à ronronner. On sent que Kawasaki a eu le souci du détail jusqu’à l’expérience sonore que la W800 procure à son pilote. Ses 5 rapports sont parfaitement étagés. En plus le moteur est toujours prêt à tirer, on est toujours sur le bon rapport. Notre rédacteur en chef m’a partagé sa première impression : « C’est la transmission la plus douce et parfaite que j’ai roulé depuis … toujours !!!» Je suis tout à fait en accord avec lui.

Choisir une moto chez Harley-Davidson quand vous êtes à vos premiers pas dans le monde de la moto

essai, moto, kawasaki, w800, w, 800, w1, magazine, magazinemoto, bsa, norton, triumph, retro

C’est une moto que je recommande fortement. Elle est facile, facile et facile à piloter ! Sa conduite spontanée sur nos routes secondaires du Québec saura vous donner des kilomètres de purs plaisirs. L’expérience du son de ce moteur est tout à fait adorable et bercera tout à fait  le ou la nostalgique et mordu(e) qui sommeille en vous !!!

La fiche complète de la Kawasaki W800 est ici sur le site du manufacturier.
https://www.kawasaki.ca/fr-ca/motocyclette/w/retro-classic/w800

Mylène Bolduc, Instructeur Moto
Chroniqueuse et pilote d’essai
MagazineMoto.com

essai, moto, kawasaki, w800, w, 800, w1, magazine, magazinemoto, bsa, norton, triumph, retro

P.S. Une chronique collective est en court de création pour vous partager entre autres des anecdotes de nos collaborateurs sur cette époque charnière de la série W de Kawasaki et la signification historique des modèles de cette époque.